Sélectionner une page

Voici une fragrance qui m’aura donc bouleversé, transporté en enfance par cette impression de retrouver le « tea time » de ma grand-mère maternelle. Chacun voyage vers divers souvenirs et sensations personnels dans les odeurs, le parfum en est le vecteur n°1.

Pas de thé ici, pur fantasme nourri de mon passé, mais du vert noble, une promenade dans la verdure. Sa douce attaque fruitée, presque « pêche », a pris mon cœur d’emblée, poussée par une feuille de violette qui me poursuivra sur peau jusqu’au lendemain. Une note de cèdre caresse le fond et encadre un muguet délicat, je suis conquis.

B. Balenciaga

Venu à contre courant pour pourfendre les sucres en sprays de l’industrie, B. Balenciaga fait office de bouteille à oxygène dans les rues et les transports en commun, finesse et fraicheur dans ce monde intoxiqué de brutes épaisses.

La recette, signée Domitille Berthier pour l’IFF, m’est hypnotique et fait plaisir à sentir jour et nuit. Même s’il est un parfum qui s’appréciera plus par beau temps, je le classe immédiatement dans mon « top doudous », peu importe l’heure et la grisaille parisienne j’ai sur moi un rayon de soleil.