Sélectionner une page
M7 Oud Absolu – Yves Saint Laurent

M7 Oud Absolu – Yves Saint Laurent

M7, pour un novice de ma trempe, est la preuve qu’il faut revenir à certains parfums de temps en temps. À force de progression nos jugements peuvent changer. 

M7 Oud Absolu, que je détestais sincèrement il y a un an et demi, m’est beaucoup plus agréable à ce jour. Il faut dire qu’il y a peu je ne supportais pas le Patchouli et qu’après l’arrivée de Monsieur. de Frédéric Malle j’aime beaucoup ! Je m’envoie des « nasales » de Patchouli de Reminiscence et autre Patchouli Absolu de Tom Ford. 


Ici je trouve d’entrée la mandarine suivi de prêt par un Patchouli qui se développera lentement, comme toujours, des heures durant. La composition n’a rien de bien sorcier, peu de notes apparentes (pour un novice, je le rappelle) le tout soutenant ce duo d’attaque. Le fameux Oud n’est finalement qu’une brindille. Les occidentaux aimant le bois en tant que note discrète, il n’a d’absolu que le nom. Je ne cesserai de renvoyer, pour servir de baromètre, à The Night de Frédéric Malle, pour comprendre ce qu’est un « vrai » Oud. 

Le parfum est doux, agréable et me surprend donc par sa complaisance et son accessibilité, ce qui d’ailleurs correspond en tous points aux créations récentes d’Yves Saint Laurent, sans guère de prise de risque. Après ainsi une longue période d’appréhension je le porterai bien volontier. 

Asian Green Tea de Creed

Asian Green Tea de Creed

Avec la percée du soleil dans les rues parisiennes il est naturel de se chercher une petite fragrance bien « fraiche » pour accompagner notre bonne humeur. C’est en passant au Printemps que je me suis rappelé d’aller (enfin) humer Asian Green Tea, création 2014 de Creed qui m’a échappé, comme bien d’autres d’ailleurs.

Voici un parfum qui a maintenu mon attention, et ce malgré avoir pollué mes narines dans plusieurs rayons du magasin. Un peu à l’image du Jardin de Monsieur Li, c’est un opus de je classe dans les « What you see is what you get ». Pas de surprise ou d’embuscade olfactive, tout est là dès la première pulvérisation. La Bergamote et Néroli se glissent à l’immédiat, les agrumes, Mandarine et Citron, leurs emboîtent le pas.

Pas de répit réel après l’attaque, si ce n’est que l’adoucissement de l’arôme révèle un brin ce Thé Vert tant attendu. Rose et Violette se marient à merveille au cœur de l’élixir, sans déranger pour autant, moi qui déteste la violette !

Les agrumes nous embaument tout au long de la tenue, sans nous quitter, jusqu’au bout. Et malheureusement s’il y a bien un bémol c’est lui là : Une tenue plus que moyenne et un sillage trop discret ! Ceci étant, qu’attend t-on d’un petit Thé Vert Asiatique ? Son nom parle de lui-même, rafraichissement et légèreté nous ont bel et bien charmés. À ceux ainsi qui se plaindraient de son manque de caractère je répondrai donc : « Mais à quoi donc vous attendiez-vous » ?

Creed signe ici un jus doux et frais, dont la simplicité suffit à nous séduire. Sans surprise aucune, même dans son fond de Musc et Santal ambrés, trop subtils pour déranger notre vacation estivale.

Velvet vs Black Orchid

Velvet vs Black Orchid

Envie de séduire ? De conquérir l’été d’un sillage fleuri de charmes ? Velvet Orchid de Tom Ford est un chef d’œuvre en la matière. Une arme à séduction chargée de quatre balles d’argent : Rhum, Bergamote, Miel et bouquet d’orchidées. Ces mêmes ogives qui frappent d’entrée les poitrines, un doux mélange qui donne l’impression à tout ceux qui me croisent que je porte un parfum de coco (eh oui) ! Une Mandarine en balle perforante se cache dans la rafale, atteignant le cœur de plein fouet, les victimes ne pourront se retenir de gémir dans votre périmètre.

Velvet Orchid c’est ce parfum qui m’a été jeté en échantillon lors de mon dernier achat de Tuscan Leather. Je l’ai senti bien installé dans ma chambre, abasourdi d’entrée. Quelques jours plus tard je le saisissais à l’aéroport de Roissy-Charles De Gaulle, à l’envole d’un voyage d’été au Caire. Le quartier, mes voisins s’en souviennent encore ! Arrêté à chaque coin de rue par des « éé da ?! (qu’est-ce que c’est) » à n’en plus finir.

Velvet-Orchid-Parfum

Cette fragrance orchidéenne part aux antipodes de sa sœur Black Orchid. Elle est plus féminine, volatile, aérienne. Son cœur de Jasmin et de Rose discrète se mêle lentement à ses notes de tête dans une transition orchestrée de main (de nez) de maître, soignant le règne des Orchidées et autres fleurs légères qui se déposent.

Je distingue un soupçon de Hyacinthe avant l’entrée majestueuse des éléments essentiels, ce fond de Vanille, de Myrrhe, cet Encens qui vient fumer la profondeur. Je suis conquis. En apprenant la présence de Calice Becker dans le quatuor de Nez derrière cette Eau de Parfum je comprend mieux ce qui m’arrive !

Black-Orchid-Parfum

Légèreté ? Il n’en est pas question pour Black Orchid. Cette autre Signature Tom Ford nous attaque à l’arme lourde : Ylang-Ylang, agrumes, Jasmin et Tubéreuse comme note de destruction massive. L’accompagnement de l’Orchidée y est robuste, arrondissant sa grâce en lui donnant force et profondeur, une transition chaude (et épicée) qui nous mènera jusqu’aux notes de fond chargées d’Ambre, de Cacao (qui s’imposera sur ma peau), Patchouli et Vanille. Une fragrance bien plus gourmande et un brin moins féminine. L’Encens prend lui aussi sa place dans le sillage, j’aime, mais il est trop tard pour me voler à ma Velvet.