Sélectionner une page
1270 – Frapin & Cie

1270 – Frapin & Cie

C’est à force de parcourir les œuvres parfumées de cette noble industrie que l’on fini par saisir ses notes préférées. 1270 de Frapin & Cie m’aura aidé en cela. 
Son attaque fruitée confite est, pour moi, conduite par un Ananas doux légèrement poussé par un duo Raisin / Orange. Rien n’est acide tout est chaud et sucré, mais rien d’hyperglycémique. Un sirop délicat qui dépeint l’épique marque de boissons alcoolisées qu’est la Maison Frapin. 

Cet Ananas me plait vraiment et me touche, certes moins violemment que 1804 d’Histoires de Parfums, mais emballe mon cœur pour le caresser des heures durant. 


Cet un Opus généreux et chaud écrit par Sidonie Lancesseur qui me berce en pleine journée. Dans la chaleur lourde de l’Égypte – où je me trouve actuellement – il trouve une place dans l’atmosphère, comme une aura et se faufile dans les brises venues du désert pour former un sillage mielleux et alcoolisé. 

La petite note noisettée vient me piquer de temps à autre et tend à me rappeler mon amour pour Angel Muse. Une touche de cacao faites pour me séduire aura raison de moi si toutefois je souhaitais me refuser.  J’ai parfois l’impression d’y trouver une note de tabac mais cela me vient peut-être de son fond boisé. 

J’aime ce parfum. Il n’est pas un grand parfum mais il est beau et chaleureux. 

(Encore merci à Musque-Moi ;))

Velvet vs Black Orchid

Velvet vs Black Orchid

Envie de séduire ? De conquérir l’été d’un sillage fleuri de charmes ? Velvet Orchid de Tom Ford est un chef d’œuvre en la matière. Une arme à séduction chargée de quatre balles d’argent : Rhum, Bergamote, Miel et bouquet d’orchidées. Ces mêmes ogives qui frappent d’entrée les poitrines, un doux mélange qui donne l’impression à tout ceux qui me croisent que je porte un parfum de coco (eh oui) ! Une Mandarine en balle perforante se cache dans la rafale, atteignant le cœur de plein fouet, les victimes ne pourront se retenir de gémir dans votre périmètre.

Velvet Orchid c’est ce parfum qui m’a été jeté en échantillon lors de mon dernier achat de Tuscan Leather. Je l’ai senti bien installé dans ma chambre, abasourdi d’entrée. Quelques jours plus tard je le saisissais à l’aéroport de Roissy-Charles De Gaulle, à l’envole d’un voyage d’été au Caire. Le quartier, mes voisins s’en souviennent encore ! Arrêté à chaque coin de rue par des « éé da ?! (qu’est-ce que c’est) » à n’en plus finir.

Velvet-Orchid-Parfum

Cette fragrance orchidéenne part aux antipodes de sa sœur Black Orchid. Elle est plus féminine, volatile, aérienne. Son cœur de Jasmin et de Rose discrète se mêle lentement à ses notes de tête dans une transition orchestrée de main (de nez) de maître, soignant le règne des Orchidées et autres fleurs légères qui se déposent.

Je distingue un soupçon de Hyacinthe avant l’entrée majestueuse des éléments essentiels, ce fond de Vanille, de Myrrhe, cet Encens qui vient fumer la profondeur. Je suis conquis. En apprenant la présence de Calice Becker dans le quatuor de Nez derrière cette Eau de Parfum je comprend mieux ce qui m’arrive !

Black-Orchid-Parfum

Légèreté ? Il n’en est pas question pour Black Orchid. Cette autre Signature Tom Ford nous attaque à l’arme lourde : Ylang-Ylang, agrumes, Jasmin et Tubéreuse comme note de destruction massive. L’accompagnement de l’Orchidée y est robuste, arrondissant sa grâce en lui donnant force et profondeur, une transition chaude (et épicée) qui nous mènera jusqu’aux notes de fond chargées d’Ambre, de Cacao (qui s’imposera sur ma peau), Patchouli et Vanille. Une fragrance bien plus gourmande et un brin moins féminine. L’Encens prend lui aussi sa place dans le sillage, j’aime, mais il est trop tard pour me voler à ma Velvet.