Sélectionner une page
M7 Oud Absolu – Yves Saint Laurent

M7 Oud Absolu – Yves Saint Laurent

M7, pour un novice de ma trempe, est la preuve qu’il faut revenir à certains parfums de temps en temps. À force de progression nos jugements peuvent changer. 

M7 Oud Absolu, que je détestais sincèrement il y a un an et demi, m’est beaucoup plus agréable à ce jour. Il faut dire qu’il y a peu je ne supportais pas le Patchouli et qu’après l’arrivée de Monsieur. de Frédéric Malle j’aime beaucoup ! Je m’envoie des « nasales » de Patchouli de Reminiscence et autre Patchouli Absolu de Tom Ford. 


Ici je trouve d’entrée la mandarine suivi de prêt par un Patchouli qui se développera lentement, comme toujours, des heures durant. La composition n’a rien de bien sorcier, peu de notes apparentes (pour un novice, je le rappelle) le tout soutenant ce duo d’attaque. Le fameux Oud n’est finalement qu’une brindille. Les occidentaux aimant le bois en tant que note discrète, il n’a d’absolu que le nom. Je ne cesserai de renvoyer, pour servir de baromètre, à The Night de Frédéric Malle, pour comprendre ce qu’est un « vrai » Oud. 

Le parfum est doux, agréable et me surprend donc par sa complaisance et son accessibilité, ce qui d’ailleurs correspond en tous points aux créations récentes d’Yves Saint Laurent, sans guère de prise de risque. Après ainsi une longue période d’appréhension je le porterai bien volontier. 

Ce « Tobacco Oud » !

Ce « Tobacco Oud » !

À chacun de mes -nombreux- passages chez Tom Ford aux Galeries Lafayette, je m’assieds confortablement devant la collection Private Blend et je prend mon temps, je flâne, d’un plaisir sincère à snifer ce que j’ai déjà snifer cent fois. Je n’ai plus la joie et l’honneur de discuter avec Salima, désormais chez MAC, mais Loïc reste un interlocuteur riche d’une grande culture et d’une passion pour le parfum qui donne plaisir à observer.

 

Ma Wish List vomit de références tomfordiennes c’est vrai, mais je n’ai pourtant rien à aimer chez ce personnage qui ne m’inspire rien de bien reluisant. Mon problème est que j’aime beaucoup de ses parfums. Soyons donc sincères et aimons ce qu’on aime. 

 

Tuscan Leather, Noir de Noir, White Suede sont des fragrances qui m’ont tellement envoûtées que je n’arrive pas encore à trouver les mots pour décrire ce que je ressens. Je parlerai donc de ce dont je peux parler (pour le moment).

 

Tobacco-Oud-BringThaNose

 

Ce parfum m’a attiré d’emblée, dès mes premières découvertes chez Tom. Passé par Tobacco Vanille, mais pas si convaincu que ça, torturé par un sentiment d’insatisfaction et une attirance déçue vers le côté tabac de cet opus, mes yeux, dans le stand, ont été happés par ce nom puissant inscrit sur un des décanteurs : « Tobacco Oud » . Sentant d’urgence la chose je me retrouvais perplexe, en désaccord avec moi-même : « j’aime, mais la puissance dégagée me gène » . Puis, hypnotisé par mes références de prédilection, j’oubliais. Et puis franchement à 190€ on reste prudent !

 

Tobacco-Oud-Échantillons

 

C’est à force d’accumuler les échantillons que j’ai fini par me remplir une petite bouteille et finalement découvrir le spécimen dans un tout autre contexte. Plus Tobacco que Oud ce chapitre lourd de l’industrie Tom Ford m’a finalement conquis. Son attaque puissante au Tabac/Whisky me plait réellement ! Il ne ment pas, ne trompe pas, il est lui même tout en accompagnant son reste de bois d’Agar et de Patchouli. Sa puissance n’a que peu d’égal. Les effluves d’épices (sentirais-je un brin de Girofle ?) et de Santal enfument parfaitement le tabac et laisse sur la peau son sceau, cette marque qui ne vous quittera pas jusqu’au soir, à coup sûr.

 

Plus masculin tu meurs bien sûr et c’est surtout à porter avec modération, méfiez-vous donc des conséquences de vos élans de générosité « pulvérisatrice » . Tout le monde ne supportera pas.
Velvet vs Black Orchid

Velvet vs Black Orchid

Envie de séduire ? De conquérir l’été d’un sillage fleuri de charmes ? Velvet Orchid de Tom Ford est un chef d’œuvre en la matière. Une arme à séduction chargée de quatre balles d’argent : Rhum, Bergamote, Miel et bouquet d’orchidées. Ces mêmes ogives qui frappent d’entrée les poitrines, un doux mélange qui donne l’impression à tout ceux qui me croisent que je porte un parfum de coco (eh oui) ! Une Mandarine en balle perforante se cache dans la rafale, atteignant le cœur de plein fouet, les victimes ne pourront se retenir de gémir dans votre périmètre.

Velvet Orchid c’est ce parfum qui m’a été jeté en échantillon lors de mon dernier achat de Tuscan Leather. Je l’ai senti bien installé dans ma chambre, abasourdi d’entrée. Quelques jours plus tard je le saisissais à l’aéroport de Roissy-Charles De Gaulle, à l’envole d’un voyage d’été au Caire. Le quartier, mes voisins s’en souviennent encore ! Arrêté à chaque coin de rue par des « éé da ?! (qu’est-ce que c’est) » à n’en plus finir.

Velvet-Orchid-Parfum

Cette fragrance orchidéenne part aux antipodes de sa sœur Black Orchid. Elle est plus féminine, volatile, aérienne. Son cœur de Jasmin et de Rose discrète se mêle lentement à ses notes de tête dans une transition orchestrée de main (de nez) de maître, soignant le règne des Orchidées et autres fleurs légères qui se déposent.

Je distingue un soupçon de Hyacinthe avant l’entrée majestueuse des éléments essentiels, ce fond de Vanille, de Myrrhe, cet Encens qui vient fumer la profondeur. Je suis conquis. En apprenant la présence de Calice Becker dans le quatuor de Nez derrière cette Eau de Parfum je comprend mieux ce qui m’arrive !

Black-Orchid-Parfum

Légèreté ? Il n’en est pas question pour Black Orchid. Cette autre Signature Tom Ford nous attaque à l’arme lourde : Ylang-Ylang, agrumes, Jasmin et Tubéreuse comme note de destruction massive. L’accompagnement de l’Orchidée y est robuste, arrondissant sa grâce en lui donnant force et profondeur, une transition chaude (et épicée) qui nous mènera jusqu’aux notes de fond chargées d’Ambre, de Cacao (qui s’imposera sur ma peau), Patchouli et Vanille. Une fragrance bien plus gourmande et un brin moins féminine. L’Encens prend lui aussi sa place dans le sillage, j’aime, mais il est trop tard pour me voler à ma Velvet.