Sélectionner une page
Ce « Tobacco Oud » !

Ce « Tobacco Oud » !

À chacun de mes -nombreux- passages chez Tom Ford aux Galeries Lafayette, je m’assieds confortablement devant la collection Private Blend et je prend mon temps, je flâne, d’un plaisir sincère à snifer ce que j’ai déjà snifer cent fois. Je n’ai plus la joie et l’honneur de discuter avec Salima, désormais chez MAC, mais Loïc reste un interlocuteur riche d’une grande culture et d’une passion pour le parfum qui donne plaisir à observer.

 

Ma Wish List vomit de références tomfordiennes c’est vrai, mais je n’ai pourtant rien à aimer chez ce personnage qui ne m’inspire rien de bien reluisant. Mon problème est que j’aime beaucoup de ses parfums. Soyons donc sincères et aimons ce qu’on aime. 

 

Tuscan Leather, Noir de Noir, White Suede sont des fragrances qui m’ont tellement envoûtées que je n’arrive pas encore à trouver les mots pour décrire ce que je ressens. Je parlerai donc de ce dont je peux parler (pour le moment).

 

Tobacco-Oud-BringThaNose

 

Ce parfum m’a attiré d’emblée, dès mes premières découvertes chez Tom. Passé par Tobacco Vanille, mais pas si convaincu que ça, torturé par un sentiment d’insatisfaction et une attirance déçue vers le côté tabac de cet opus, mes yeux, dans le stand, ont été happés par ce nom puissant inscrit sur un des décanteurs : « Tobacco Oud » . Sentant d’urgence la chose je me retrouvais perplexe, en désaccord avec moi-même : « j’aime, mais la puissance dégagée me gène » . Puis, hypnotisé par mes références de prédilection, j’oubliais. Et puis franchement à 190€ on reste prudent !

 

Tobacco-Oud-Échantillons

 

C’est à force d’accumuler les échantillons que j’ai fini par me remplir une petite bouteille et finalement découvrir le spécimen dans un tout autre contexte. Plus Tobacco que Oud ce chapitre lourd de l’industrie Tom Ford m’a finalement conquis. Son attaque puissante au Tabac/Whisky me plait réellement ! Il ne ment pas, ne trompe pas, il est lui même tout en accompagnant son reste de bois d’Agar et de Patchouli. Sa puissance n’a que peu d’égal. Les effluves d’épices (sentirais-je un brin de Girofle ?) et de Santal enfument parfaitement le tabac et laisse sur la peau son sceau, cette marque qui ne vous quittera pas jusqu’au soir, à coup sûr.

 

Plus masculin tu meurs bien sûr et c’est surtout à porter avec modération, méfiez-vous donc des conséquences de vos élans de générosité « pulvérisatrice » . Tout le monde ne supportera pas.
Asian Green Tea de Creed

Asian Green Tea de Creed

Avec la percée du soleil dans les rues parisiennes il est naturel de se chercher une petite fragrance bien « fraiche » pour accompagner notre bonne humeur. C’est en passant au Printemps que je me suis rappelé d’aller (enfin) humer Asian Green Tea, création 2014 de Creed qui m’a échappé, comme bien d’autres d’ailleurs.

Voici un parfum qui a maintenu mon attention, et ce malgré avoir pollué mes narines dans plusieurs rayons du magasin. Un peu à l’image du Jardin de Monsieur Li, c’est un opus de je classe dans les « What you see is what you get ». Pas de surprise ou d’embuscade olfactive, tout est là dès la première pulvérisation. La Bergamote et Néroli se glissent à l’immédiat, les agrumes, Mandarine et Citron, leurs emboîtent le pas.

Pas de répit réel après l’attaque, si ce n’est que l’adoucissement de l’arôme révèle un brin ce Thé Vert tant attendu. Rose et Violette se marient à merveille au cœur de l’élixir, sans déranger pour autant, moi qui déteste la violette !

Les agrumes nous embaument tout au long de la tenue, sans nous quitter, jusqu’au bout. Et malheureusement s’il y a bien un bémol c’est lui là : Une tenue plus que moyenne et un sillage trop discret ! Ceci étant, qu’attend t-on d’un petit Thé Vert Asiatique ? Son nom parle de lui-même, rafraichissement et légèreté nous ont bel et bien charmés. À ceux ainsi qui se plaindraient de son manque de caractère je répondrai donc : « Mais à quoi donc vous attendiez-vous » ?

Creed signe ici un jus doux et frais, dont la simplicité suffit à nous séduire. Sans surprise aucune, même dans son fond de Musc et Santal ambrés, trop subtils pour déranger notre vacation estivale.